Le jeûne intermittent

Intermittent fasting chez nos amis Anglo-saxons, “petit jeûne”, “demi-jeûne”, jeûne intermittent ou “séquentiel”, voilà l’essentiel !


Je vous présente la version la plus souple, simplifiée et accessible du jeûne : tout se joue sur la répartition des apports alimentaires avec une organisation allégée des repas puisque nous passons de trois repas par jour généralement à deux et cela en 8h de temps ! Une collation est possible en fonction des besoins, à partir du moment où l’on respecte ce délais.


C’est parti !


Avant toute chose, il s’agit d’un mode alimentaire qui comprend une restriction calorique partielle totalement maîtrisée et non pas d’un “régime” : l’objectif est d’optimiser les processus physiologiques d’élimination/régulation. Il est essentiel de rappeler, à cet endroit, que le jeûne est un phénomène naturel qui se réalise spontanément chez les animaux, ainsi que chez les êtres humains depuis la nuit des temps. Même sans le vouloir, nous jeûnons chaque nuit entre 6h et 12h (pour les plus chanceux!), ce qui vaut au premier repas de la journée le nom de de-jeûner 😉


Comme les animaux, quand nous sommes “malades”, nous n’avons généralement pas faim et, pourtant, rares sont ceux qui s’abstiennent de s’alimenter : l’éducation et la culture nous ont enseigné, au contraire, que cela était “nécessaire pour reprendre des forces et guérir”.

Pratiquer le jeûne intermittent consiste donc à permettre à l’organisme d’avoir une fenêtre de repos digestif (sans manger) durant 16h, et d’organiser ses apports alimentaires sur une séquence de 8h. Certains choisiront de sauter le petit-déjeuner (12h/20h) alors que d’autres s’abstiendront de dîner (8h/16h) – ou autres ! ceci en fonction des besoins – activités notamment-, envies, limites de chacun (vitalité, ressources).


Il est recommandé de boire de l’eau en évitant absolument le café, le thé et tout excitant ou boissons qui entraveraient le processus spontané d’élimination. Il est également possible de jeûner à sec, sans boire ni manger, si votre métabolisme le permet.

Le jeûne intermittent peut s’organiser un, deux, trois voire tous les jours de la semaine en fonction des objectifs -> à condition que ceux-ci soient toujours réalistes et réalisables.


Pourquoi jeûner ?

  • Pour favoriser le repos digestif

  • Pour permettre à l’organisme d’avoir plus de temps afin d’assurer ce que j’appelle l’auto-régulation naturelle (filtrer, nettoyer, etc.)

  • Pour amorcer un début de régénération du microbiote si l’alimentation est équilibrée par ailleurs

  • Pour améliorer les pathologies chroniques de notre temps notamment inflammatoires

  • Pour booster l’immunité

  • Pour gagner en vitalité (si les autres repas sont adaptés aux besoins !)

  • Pour réguler son poids et sa satiété

  • Pour améliorer les fonctions cognitives

  • Pour améliorer la qualité de son Sommeil

  • Pour favoriser la réparation cellulaire

  • Pour faire baisser la pression artérielle

  • Pour réguler sa glycémie (grâce au niveau d’insuline et taux de sucre dans le sang qui baissent).

  • Pour réguler le stress et l’anxiété etc…


Vous l’aurez compris, les bienfaits du jeûne ne sont plus à prouver en théorie/pratique, mais trop peu d’études scientifiques existent à ce jour sur le sujet et, quand c’est le cas, elles sont la plupart du temps américaines ; la France accuse un léger retard… A une époque où les maladies sont davantage liées à des excès (de sucre, de mauvaises graisses, de féculents, etc.), le jeûne intermittent permet une première prise de conscience des bénéfices que peut apporter le jeûne de manière générale.


-> Il est essentiel de bien différencier les matins où l’on jeûne ponctuellement – parce que l’on a simplement pas faim, ou encore ceux où la restriction permet de compenser les excès de la veille (une habitude trop utilisée qui alimente un effet yoyo contre-productif à mon sens) – au jeûne intermittent qui, lui, s’inscrit toujours dans la durée : les résultats sont appréciables quand la routine est bien réglée de façon à donner à l’organisme les repères dont il a besoin.


Y a-t-il des contre-indications ?


Bien sûr, comme dans toute pratique si on ne respecte pas les besoins et limites de son organisme.

Je vois personnellement beaucoup de gens en séance bilan pratiquer le jeûne intermittent, mais finalement rattraper ce fameux petit-déjeuner sauté en mangeant à 23h, notamment chez les personnes à tendance crudivore dont l’alimentation est peu calorique ; ou encore en grignotant beaucoup trop sur la plage de 8H. D’autres utilisent le jeûne intermittent avec le seul objectif de perdre du poids et négligent les apports sur les autres repas en ne mangeant pas suffisamment, entraînant perte de vitalité et carences. Un équilibre alimentaire est à trouver pour assurer tous les besoins cellulaires. Il est essentiel de veiller, en parallèle, à adopter une alimentation qui répond à nos besoins physiologiques et d’éviter de se lancer de façon improvisée dans un programme.

Les personnes très maigres ou carencées, anémiées ou en manque de vitalité doivent être particulièrement prudentes, ainsi que les personnes qui présentent du diabète ou qui ont une tension artérielle trop basse ; les femmes enceintes ou allaitantes, etc.


A savoir -> En matière de bien-être & santé, les choses sont souvent un peu plus complexes qu’il n’y parait : les articles sur internet sont vulgarisés de façon à être accessibles à tous et ne tiennent pas compte des particularités de chacun. Il me semble par exemple indispensable, au début, de mettre en place un protocole de nettoyage des émonctoires (organes d’élimination) adapté de façon à optimiser les bienfaits et éviter les “crises d’élimination” – en particulier pour les personnes qui présentent une toxémie importante, comme c’est souvent le cas dans notre société.


Une astuce pour finir ?


Évitez de regarder la montre la première semaine, prenez plaisir à vos autres occupations et appréciez ce temps gagné qui peut être mis à profit pour lire, méditer, peindre, ou simplement ne rien faire !


Si vous voulez vous lancer avec un programme adapté à vos besoins physiologiques assorti de soins naturels spécifiques, contactez-moi pour un bilan 🍃


Article écrit pour le site @weloveraw